dimanche 28 août 2011

Joseph Macé Scarron, la littérature, le plagiat

Joseph Macé-Scaron est en train de se faire bourrer la gueule -médiatiquement s'entend- à l'occasion de son dernier roman, Ticket d'entrée. Pris la main dans le pot de confiotte (facile) il a reconnu des "emprunts" à Bill Bryson ; j'ai également souvenir que dans son premier romain -Trébizonde avant l'oubli- il avait pillé Ernst Junger pour y décrire un éxécution capitale.

Oh, il n'est pas antipathique Macé-Scarron. il est dans le système, dans la bien pensance. C'est un chien de garde de l'establishment littéraire. Plagiaire ? Ah oui, mais pas plus que la pelletée de scribouillards qui se font imprimer tous les ans.
Un entretien de Céline me revient en mémoire : Sur le fait de savoir quels écrivains il sentait les plus proches de lui et ceux qui lui paraissaient être aux antipodes, Ferdine répondit ce qui suit.

Des écrivains…ne m’intéressent que les gens qui ont un style ; s’ils n’ont pas de style, ils ne m’intéressent pas ; alors, les histoires…il y en a plein la rue n’est-ce pas, j’en vois plein partout des histoires ! Plein les commissariats, plein les correctionnelles, plein votre vie…tout le monde a une histoire n’est-ce pas et mille histoires...il y en a une clinique*! C’est rare un style Monsieur ! Un style il y en a un, deux, trois par génération et il y a des milliers d’écrivains ce sont des pauvres cafouilleux, des aptères** n’est-ce pas…ils rampent dans les phrases, ils répètent ce que l’autre a dit ou ils choisissent une histoire…ils prennent une bonne histoire puis ils disent : « je vois que etc. » ; c’est pas intéressant. […] N’oubliez pas une chose, c’est que la vraie inspiratrice c’est la mort. Si vous ne mettez pas votre peau sur la table, vous n’avez rien. Il faut payer. Ce qui est fait gratuit sent le gratuit ; et pue le gratuit. A l’heure actuelle, je n’ai que des écrivains gratuits ; qu’est ce qu’on me montre ? C’est des gratuités.

Fermez le ban !

*. Ensemble des données obtenues par l'observation directe des malades.
**. Famille d’insectes dépourvus d’ailes.

mardi 2 août 2011

L-F Céline et le style

Dix jours que je me choute à la cortisone ; une bacchanale ! Du coup, j’ai les bronches toutes propres, neuves, nickel ; brillantes comme le fond de ta casserole préférée. D’habitude elles sont un peu encombrées mes bronches ; salement. On parlait de casserole : imagine ta casserole de célibataire avec ton frichti à réchauffer dedans. Une copine te hèle au téléphone et le bon frichti qui sèche, qui fume, crame et colle ; frichti qui semble faire corps avec le métal. Mes bronches c’est pareil : nid à cochonneries diverses de toute couleur – les plus répugnantes s’entend – et de toute nature : glatard fluide, épais, bi-composant ; un florilège de mollards ! Avec en prime les bruits qui vont avec : whistle qu’ils disent ; que je te sorte ma méthode Assimil : Sifflet en français dans le texte. Oui, ça siffle, du haut en bas, petite musique de tuyaux. Une radio de temps en temps : « whistle, whistle » qu’il dit le bon docteur. Faut passer ça à la radio que le sifflet cache pas une petite araignée bien discrète, bien salope qui ferait son trou là dedans en douce et tisserait sa toile. Et ça tombe bien, les toiles, les voiles on les traque à la radio ; pas que ce soit le patient qui lui, les mette les voiles !

Chef de service, directeurs, DRH ça m’a jamais fait pétocher. Oh non ! N’en valent pas la peine. Endoffés, tous gonflés d’eux-mêmes : ça y est, le premier qui t’attrape le plus minuscule galon venu, faut qu’il t’explique la vie, Wall-street, the Wall, la houle, la foule, les filles, le fric et tout y passe. Responsable ; le mec est responsable ! Et là t’y coupes plus de ses infaillibilités, de ses formules coulées dans le bronze et de ses trois neurones chauffés à blanc. Ça m’a toujours laissé froid ; toujours rigolard. C’est pas bien grave, faut les laisser déconner ; de là à les écouter c’est autre chose. En revanche, quand je me rhabille dans le local à radio et que je l’attends le radiologue pour qu’il me le donne son résultat – araignée ou pas – eh bien là, j’en mène moins large ; c’est moi qui le passe l’examen ; reçu ? collé ? collé ? reçu ?

Reçu !

Pour tout dire, la cortisone c’est pas pour les bronches ; non. Pour les sinus ; une autre saloperie, faite également de morves de toutes les couleurs et toutes les consistances. Une usine à miasmes je suis ! Un crachat géant ! Monsieur Mollard. Justement, en ce moment, après dix jours de choute intensive, plus de morve, rien : Toutes les subtilités oubliées qui me reviennent : l’herbe coupée, la saveur de l’œuf à la coque, la puanteur du port ou la sauvagerie du goémon à marée haute.

Enfin, je ne t’ai pas invité pour te parler de mes miasmes ! J’avais deux mots à te dire à propos de Céline. Oui. Je sais, je suis entêté. Quand ils m’ont fait le coup du 21 Janvier (en plus c’est la mort de Louis XVI) je me suis bien juré qu’on allait en bouffer du Céline autour du 1er Juillet. Je t’ai trop peu évoqué le style de Céline. Alors, allons-y.

L’idée de Céline c’était de faire entrer le langage parlé dans la littérature, d’adopter un vocabulaire et des formes grammaticales nouvelles, issues directement du langage populaire. L’idée de Céline était également de péter le système « sujet, verbe, complément » propre au Français –et à l’allemand si je ne Mabouze –. Céline te malaxe une phrase et ne t’en prend que l’essentiel, soit pour décrire soit pour susciter l’émotion. Peu de « sujet-verbe-complément » ; Céline supprime tout ce qui n’est pas important dans les phrases. En fait il supprime le style habillé. Le français qui fait qu’un roman ressemble parfois à un texte de loi et réciproquement. En plus de tout cela, Céline aime la chanson populaire. Il aime le rythme et son propos est de rythmer son écriture. Tu ne lis pas du Céline à plat, peinard dans ton fauteuil. Tu es obligé de l’interpréter, d’y mettre le ton pour toi-même, de te le jouer, de respirer au rythme de l’écriture et de la ponctuation. Ah oui, c’est quelque chose : C’est vivant. Voilà. Lui-même a dit qu’il voulait faire quelque chose de jazzé, de syncopé. Voilà, c’est ça. Pour reprendre la comparaison qu’il nous propose, on peut dire que son premier roman en 1932 est d’un style très grand orchestre, genre Ellington et qu’après la guerre il part vers le be bop, le free jazz, voire même l’acid jazz. C’est la meilleure comparaison que je te puisse trouver, ami lecteur.

Le style, le style : Je m’y suis mis aussi il y longtemps ; opiniâtre, entêté ; comme la mer j’y revenais tout les jours, plusieurs fois par jour. Les points de suspension de Céline. Oui. Dix-sept, dix neuf ans. Le soir j’étais certain d’avoir écrit l’originalité et le matin j’étais accablé par tant de lourdeur. J’ai fermé ma boutique avant de l’ouvrir. Chateaubriand ou rien ; Marce lévy, sûrement pas !

Comme il convient de rendre à César quae caesari sunt, il faut que j’ai la rigueur de te dire que cette comparaison sur le jazz c’est Ferdine lui-même qui l’a inventée mais que récemment c’est Alain Soral qui l’a reprise pour illustrer son propos au cours d’un interviouve. Comme je gagne pas un rond avec ce blog, je vois pas pourquoi j’irai faucher l’idée d’un autre si en plus c’est même pas pour du pognon. Alain Soral tu le trouveras sur la toile : Egalité et réconciliation. Dès qu’il y a un mec qui pue un peu le louche il est pour moi. Pas grave.

A l’attention de mes quelques potes et amis habitués du blog : Commencez plutôt par « Voyage au bout de la nuit » ; pas se lancer dans le free tout de suite. Commencer par les big-bands. Bises à tous, ainsi qu’à Soral.
 




jeudi 28 juillet 2011

La notion de service public

Vous allez me dire, cher lecteur, que je raconte ma vie. Mais c’est le sort de tout grifouillon qui place quelque chose sur une feuille de papier ! Alors, allons-y, racontons-là cette vie. Oh, ce ne sera pas bien intéressant, ça ne volera pas bien haut ; c’est que je ne suis pas allé au Brésil, ou même en Inde pour voir les fakirs s’assoir sur des marteaux et bouffer des clous. Non. Je ne vais même pas en Tunisie où pourtant c’est pas cher et têêêêêllement bien ; un bon accueil et tout ça ; et ils sont gentils et en plus, ah, oui, ils sont beaux les gens, oui ! Pas comme les… bon c’est entre nous, allez pas croire que…bien ; j’y vais : Eh bien, les antillais, là bas ; ah, cet accueil ! On t’envoie promener, dans le genre : « vot’ ve’ vou-vou le se’vé tout seul, je suis pas vot’ esclav’ ». ça, je ne connais pas. Les vacances en Tunisie, ou pire dans les D.O.M, non c’est pas pour moi ; et puis, je ne veux pas vous parler de vacances, mais de la vie, là, telle qu’elle est chaque matin quant on constate que ça recommence et chaque soir quand on se dit que c’est pas fini.

J’ai probablement dû vous déconner quelque chose au sujet de ma maison de loisirs, dans le grand Ouest français. J’ai un jardin à entretenir ; couper, tailler, tondre ; pas que ce soit grand, non, mais ça génère quand même son lot de contraintes et d’emmerdements. Justement au sujet des pelouses, des arbres et des arbustes qu’il faut toujours tondre et couper, j’avais eu la présence d’esprit, au moment d’acquérir le bien, d’acheter également la remorque du précédant propriétaire. Et pourquoi ? Parce qu’elle offre une belle contenance. Et ça va vite à remplir ; oh là ! Très vite. Une aller simple sur le tracteur à tondre et hop ! t’as déjà rempli le panier. Et comme le vendangeur, le panier tu le vide dans la remorque ; et puis tu recommences, huit fois, dix fois, douze fois. Pas un métier de fainéant, tu y penseras lorsque tu sigleras au noir ton jardinier clandestin. Donc cette remorque, elle a une plaque d’immatriculation ; comme ton auto. Détail me diras tu ? Ouais, sauf que si tu l’achètes cette remorque, il faut que tu l’immatricules, à ton nom, à ton domicile, auprès de ta préfecture ; tu commences à piger, tu es malin ; et c’est normal, sinon, tu ne serais pas ici.

Cette histoire d’immatriculation cela fait presque un an que ça dure ; pourquoi ? Pour une bonne raison, ça m’emmerde. Aussi, ce matin je me fais la totale : Récupération du non gage via internet, du fond de page en .pdf, remplisage du .pdf, du certificat de cession ; en prime je fouille dans les papier de la maison pour trouver une quittance de quelque chose émis par un fonctionnaire ou toute autre espèce protégée, je prend à tout hasard mon chéquier au cas ou leur lecteur de carte bleue aurait du mou dans la corde à nœuds et je consulte les horaires de la préfecture : quelle chance, c’est ouvert en non-stop, comme RTL ! J’y vais donc pendant l’heure du déjeuner. J’y arrive vers une heure et demi de l’après midi. Et là…

Et là, j’ai déjà le plaisir de rassurer dans l’ordre et dans le désordre, tu remets ça comme tu veux : Médiapart, La LICRA, le MRAP, les Verts, la rédaction de Libé, l'Université, le Monde, France Inter, SOS Racisme, le DAL et autres associations de pleureuses. L’émigration c’est un business qui tourne ; et bien même ! A fond ! La pompe à émigrés fonctionne impec ; bien huilée. Tous les joints sont nickels, pas de prise d’air sur un tuyau ; Non, ça pompe à fond. Et ça te renouvelle des cartes de séjour à tour de bras. Soyez rassuré, j’y étais. Il faudrait faire plus ? T’inquiètes pas, on s’y emploie. Et puis, y a les clandestins, t’oubliais les clandestins. Là, ils étaient bien. Se serrant les uns sur les autres, s’essayant à la discipline avec leurs fafiots en pogne. Ah oui, que des étrangers sur 256 niveaux de gris, voire même sur 16 millions de couleurs. Ah, ici, on s’emmerde pas. On chipote pas ; on n’est pas avare de moyens ni de mots. Comme Malraux : je t’en file pour ton argent et avec des adjectifs mon pote ! Comme s’il en pleuvait. J’arrive donc là, mes précieux documents dans la sacoche. Je débarque en plein tiers monde ; et puis du tiers monde dégrossi ; fatal, il est en France depuis un petit moment ce tiers monde là. Aussi, il a gardé ses tares d’origine et, comme il est consciencieux, et que la dame de l’état-civil lui a dit de s’intégrer, alors, il acquiert aussi les nôtres de tares. Donc ce genre d’étranger là, il resquille dans une apparence d’ordre, il attend en renâclant bruyamment, il apostrophe les vigiles, il faut semblant de pas comprendre puis il comprend quand ça va vraiment chier. Bref, c’est le peuple ; l’homme tel qu’en lui-même, sous toutes les latitudes, exhibant sa connerie comme un saint sacrement. Seulement, surprise ! La jolie sous-préfecture qui fait du RTL non stop eh bien elle écrase sa chique le midi. Elle fait sa pause. Et a l’accueil c’est vide. C’est laconique. T’as personne. Sauf un mot qui te dit que c’est fermé. Et j’ai idée que les étrangers qui sont là, à force d’avoir fait toutes les étapes du tour de la solidarité, ils ont acquis l’expérience du service public. Et tous ces mahométans, maghrébin, sahariens, sub-sahariens et tout ce que tu veux, ils savent. Ils ont appris. Ils ne savent pas lire mais « Ouvert » et « Fermé » ils reconnaissent les signes. Ce sont passé le mot. Tu passes, tu passes pas.

Bec enfariné, je tombe donc là-dessus. J’attends. Arrive un peu plus tard, l’hôtesse des lieux, la dame de l’accueil. Elle a le faciès lusitanien la dame de l’accueil ; l’accent aussi ; léger. Oh, non, j’ai rien à redire Monsieur Désir, monsieur l’agent, monsieur Plenel. J’ai tellement rien à dire que si cette dame est là, qu’elle marne dans un service public, fatalement elle est française, donc on appartient à la même collectivité de cœur et d’esprit ; sauf, sauf – et vous allez me trouver chipoteur- sauf si l’accueil est sous-traité à une société privée. Et dans tout les cas, c’est pertinent cette histoire de lusitanie ; Oui ; tu embauches des noirs et des arabes pour faire la surveillance des super-marchés contre la fauche afin qu’ils s’arrêtent entre eux et qu’on ne perde pas de temps avec « raciste, tu m’arrêtes parce que je suis noir et tout le toutim habituel ». Il y des portugais dans mon canton, donc la dame est porthos, c’set cartésien comme approche. Donc cette dame met tout de suite la foule au parfum, cette foule qui dégage déjà un tel fumet, stockée qu’elle est depuis 8 heures ce matin ! – Pour les permis et les cartes de séjour, ceux qui ont un rendez-vous à 14 heures donnez moi vos papiers ; les cartes grises c’est demain matin à partir de huit heures, vous prendrez un numéro et c’est les soixante quinze premiers…soixante quinze. Après, c’est fini.

First in, first out. Mieux que Sinatra. Cela veut dire que tu commences à te stocker dehors à partir de six heures du mat, t’attends jusqu’à huit heures et dès que ça ouvre, tu fonces pour choper ton ticket. J’ai idée qu’il doit y avoir du coup de coude, de l’invective, de l’oeil poché à huit heures. Surtout que pour leurs papelards de Chance-Pour-La-France, c’est pareil ; même partition. Ça ouvre à huit heures et first in, first out pour passer la première étape, le premier rendez-vous du cursus d’attribution des « papiers » devant le premier fonctionnaire. Pétain, toujours là ; l’Occupe pas morte. La France ? Le bled où tu fais la queue. Au suivant, au suivant ! La fluidité ? C’est pas de ce monde. Ah ils ont dû bien se faire chier pendant l’Occupe nos grands-parents : Faire la queue pour le pinard, pour la viande, pour le pain, pour le lait, pour les légumes, pour les cartes d’alimentation, pour la carte de charbon, la carte de chaussures, le permis de rouler à vélo, l’ausweis pour aller voir la tata Léonie… et, cerise confite au dessus du gâteau : Encore des étrangers ; de proximité certes, mais envahissants les boches ! En pays conquis ; remarques…

Je m’enquiers de la chose, je traîne, je regarde, je questionne un peu et là, LUMIERE. Fiat lux. J’étais allé faire immatriculer une de mes autos de collection il a un ou deux ans de cela. Et point question de numerus-closus ; pas de soixante quinze.

Eh bien oui, réfléchis lecteur passif. Les guichets étaient vides. Vides. Complètement vides. Juste deux gus. Pour tout assurer. Eh, oui, c’est les vacances ! Les vacances du fonctionnaire ! Et le fonctionnaire, pas con il est ! Sûrement pas. Il a des droits le fonctionnaire. D’ailleurs, tous les étrangers le savent : Tu y a doit ; j’y ai doit ; c’est mon droit ; jusqu’aux racailles qui ont le droit au respect et qui demandent aux flicards de leur dire leur droits quand ils se font serrer ; comme à la télé : « vous avez le droit de garder le silence et vous allez avoir un baveux qui va s’occuper de vous ». Il a donc droit à ses vacances le fonctionnaire. Donc, il les prend ses vacances. En Juillet. Pas con. Comme il ne se passe rien ; et quand il revient début Août, il peut tout peinard, buller jusqu’au vingt, disons vingt-cinq Août. Correct.

Te dire ce que j’en pense ? Non. Pas la peine, ça risquerait, si cela n’était pas déjà fait, de signaler cette page aux flics-cyber-pisteurs qui épient les blogs. Déjà avec « SOS racisme », « étrangers », « immigrés », « chance pour la France », « LICRA » et autres occurrences, ce blog si tant chic et de tellement belle tenue risque de tomber sur la vigilance d’un poulardin de la pensée en boite…alors si je me mets sur le dos des fonctionnaires…là c’est fichu ! Je mobilise un archer du roy rien que pour moi, pour surveiller mes déconnades ; et à plein temps encore ! Pendant un an à pister le flagrant délit ! L’incitation à ceci ou cela ; ça va vite ; oh, oui. Surtout avec le dingue de Norvège qui a flingué dans tous les sens ; ça il y en a eu du balayage de blogs ce week-end et cette semaine. On ne saurait trop leur en vouloir aux flics, ce d’autant que les dingues de ce calibre, ça tient toujours un journal, donc aujourd’hui un blog.

Et c’est vrai que certaines situations dans la vie te donneraient envie de tirer dans le tas. Mais voilà, on a un Surmoi bien gros, bien propre, on a un Ça et un Moi bien rangés, bien proprets. Oh, il y a bien du bordel dedans si tu ouvres les boîtes ; mais non, tu es socialisé, auto-contenu, tu ne passes jamais à l’acte. Jamais. Juste une claque au gosse de temps en temps – et que tu regrette – un coup de pied au cul du chien, un doigt à l’automobiliste et ça s’arrête là. Quoique pour les fonctionnaires…

Eh vas-y, toi aussi m’sieur l’agent, toi qui surveille le blog, j’t’embrasse, j’espère que t’as rigolé en le lisant. Ah c’est vrai, t’es fonctionnaire, j’avais oublié. Bon, ben bonnes vacances les filles !

mardi 19 juillet 2011

L-F Céline, la FNAC, la Police des idées, la calibration de la culture

La F.N.A.C. obéit servile à la bien-pensance gouvernementale ! La F.N.A.C. soustrait Céline à l’attention de ses clients !

Voilà bien des gueulements sans fondements ; des invectives de provocateurs ; on attend même que ceux-ci stigmatisent qui ou quoi ; on devine déjà que de telles apostrophes ont des relents de gna-gna ou bien de gnan-gnan ; on se doute bien que de pareils connards capables d’insulter un fonds de commerce hautement honorable tel que la F.N.A.C. sont incapables d’un jugement citoyen ! Ouais, on se doute, on devine et on s’attend ; on s’attend au pire bien sûr ; on s’attend à ce que de tels excités ne nous soient amenés ici que dans les fourgons de cet autre-là, ou encore de cet autre-ci ; des fourgons !


Eh bien on a tort.
 
Voici de cela quelques jours j’ai provisoirement quitté l’Altermondie -autrement dit la région parisienne- pour un coin d’Europe de l’ouest, plus précisément pour une province de C’pays. Voulant apprendre à lire, je monte à la sous-préfecture pour acheter un livre ; t’as bien lu : Pas une carte routière ou un recueil de recettes de cuisine, non ; un livre. Hélas, ce pauvre bled est bien mal loti puisque l’indispensable FNAC n’y a pas ouvert de représentation. Tentant le tout pour le tout, je me risque dans la librairie locale, soit dit en passant, un grand commerce puisqu’il s’élève sur quatre étages et sur des mêtres et des mêtres carrés.


Parvenu à l’étage de la littérature, je flâne, nez au vent, confiant, abandonné, heureux. Et vlan ! En face de moi, une tête de gondole consacrée à Céline ; merde ! Stupéfaction. Incrédule, j’en fixai l’image pour vous, pour l’histoire, pour moi également afin pouvoir me prouver, le lendemain matin, qu’il ne s’agissait pas d’un rêve.




Eh bien non ; pas de rêve. Mais un cauchemar. Une cauchemardesque conclusion. La F.N.A.C. manipule les esprit des clients ; c’était là, évident, sous mes yeux. Comment une librairie d’une sous-préfecture de province peut-elle consacrer un morceau de son espace de vente à un écrivain tandis que la F.N.A.C. s'en dispense, a fortiori dans un de ses magasins installé dans la capitale de C’pays. Incompréhensible ; ou, si ; très compréhensible. La F.N.A.C. t’apprend à penser ; fais-pas ci, fais-pas ça ; pas de relents, pas de fourgon, pas de stigmates ! Des citoyens ; voilà ; des citoyens lecteurs ; et qui lisent bien ! Des lecteurs aux lectures citoyennes approvisionnés par la F.N.A.C, magasin de propagande et de servilité qui se couche là où des entreprises régionales se tiennent debout. Lisons en paix, la F.N.A.C veille, aux ordres du ministère de la culture, de la néo-mitterrandie, de la pensée unique validée par Médiapart, La LICRA, le MRAP, les Verts, la rédaction de Libé, l'Université, le Monde, France Inter, SOS Racisme, le DAL et autres associations de pleureuses. Ah ! Surtout l'Université françouaise que le monde entier nous envie! Vous en voulez ? Mais prenez-là ! Elle se donne à n'importe quel maquereau l'université !

Oui, joli monde de connards ; de censeurs aux pensées vénéneuses ! Allez en paix ; tous ! Mitterrand, F.N.A.C. , citoyens ; débarrassez-nous le plancher ! Libres ! Libres d’aimer ou d’ignorer qui on veut ; libres ; libres ; Libres.

Comme il m'aurait plu qu'une librairie de province fronçât le nez sur une litterature pornographe, grossière, salingue, raciste ; une sale littérature même pas humaniste. Une littérature à relents. Eh bien même pas. La censure, c'est Paris qui en donne le "la" et dans ses magasins les plus emblématiques.

Ta gueule Paris !

mardi 5 juillet 2011

La parole est à Ferdine

Je suis par hasard tombé -sans me faire mal- sur une très courte composition de Céline. Il s'agit de la préface d'un petit livre que l'histoire a oublié et dont l'auteur avait sollicité le docteur Destouches afin qu'il le préfaçât.

Voilà, c'est un beau poème en prose, tout en retenue, beau comme un pavé de cour d'usine.



Pauvre banlieue parisienne,

paillasson devant la ville où chacun s’essuie les pieds,

crache un bon coup,

passe,

qui songe à elle?

Personne.

Abrutie d’usines,

gavée d’épandages,

dépecée, en loques,

ce n’est plus qu’une terre sans âme,

un camp de travail maudit

où le sommeil est inutile,

la peine perdue,

terne la souffrance.

« Paris, capitale de la France! »

Quelle chanson!

Quelle publicité!

La banlieue tour autour qui crève,

qui s’en soucie?

Personne, bien-sûr!

Elle est vilaine, voilà tout!

Banlieue de hargne vaguement mijotante

d’une espèce de révolution

que personne ne pousse ni n’achève,

malade à mourir toujours et ne mourant pas.




 
 

vendredi 1 juillet 2011

L-F Céline ou le syndrome de la clochardisation

Il est possible, grâce à You tube ou autre Daily motion de voir des émissions de télévision remontant à des temps lointains en lesquels TF1 n’était pas encore une télé en béton comme disait ce cher Monsieur Polac. On peut même remonter aux temps du 819 lignes noir et blanc, des émissions de variété de Jean Nohain ou d’Henri Spade ; on peut voir Piaf coller une tarte à son compositeur Michel Emer, parce qu’il ne lui apporte pas de nouvelles chansons ; on peut aussi s’amuser avec Maurice Chevalier évoquant le music-hall d’avant quatorze et imitant Fragson. Grâce au partage de videos sur internet, j’ai récemment revu toutes les émissions littéraires consacrées de son vivant à Céline. Ah-la-la-la-la ; l’engin !

Si je m’esclaffe ainsi, c’est à cause de ma manie du propre ; elle règle ma vie de con depuis des lunes : Je ne peux pas quitter la maison sans avoir les dents brossées ; je ne sais pas commencer une journée sans une douche et une douche commence toujours par un shampooinage rigoureux et vigoureux ; sûrement ce qui m’a évité de perdre mes tifs, me masser le cuir chevelu - j’espère que tu as apprécié cette phrase en gourmet de la langue -.

Il faut également que je lave mes mains avant de passer à table ou de casser un bout de chocolat. Tenir une barre de maintien du métro, d’un bus ou d’une R.I.B me lève le cœur à l’avance, rien qu’à penser aux microbes de chiotte abandonnés là par tous les scrofuleux, tubards, chtouilleux et autres postillonneurs de saloperies pernicieuses. Pierre –mon ami Pierre qui baiserait une CX par le tuyau d’échappement s’il ne restait plus de vie féminine sur terre– m’a souvent supplié d’aller pisser dans les chiottes des restaurants de montagne plutôt que de lansquiner sur la neige comme un péquenot le long d’une piste délaissée. Moi, mettre la main sur la porte de gogues où se succèdent mille gugusses qui laissent des gouttes de pisse sur le carrelage et t’en déposent avec les mains sur les robicots, la serviette et le verrou…: ça me retourne l’estomac comme une chaussette que tu remettrais à l’endroit au sortir du lavage.
Alors le père Céline : Le cloduc de la littérature, mon pote. Boudu sauvé du style. Ah la vache ! Et pourtant, lorsque tu tombes sur des photos d’avant guerre, tu le vois bien sapé, colleté et cravaté dans de la belle étoffe, limite dandy. C’est après la guerre que ça se gâte ; d’abord au Danemark. Notes bien que là bas, il avait passé quasiment deux ans en cabane. Après, tu vois le mec qui se fringue en familier, en maison, en confortable. Puis ça se néglige. De retour en France, tu le vois propre-nickel, en 1951 mais ça dure pas. A peine installé dans sa dernière baraque, à Meudon, il se fringue comme un cloduc avec des bennes tachés, sans pli, qui godaillent autour de ses cannes que tu devines épaisses comme des bras de mendiant. Souffrant du froid en toute saison et en tous lieux, il empile des pulls, des gilets, des chandails, l’un sur l’autre, comme ça, superposés comme des peaux d’oignon ; autour du cou : un foulard et une écharpe. Dernière touche de pinceau au tableau : un gilet en peau de mouton, genre marchand forain ou une grosse gabardine en laine. La gabardine pour l’hiver, le gilet de mouton pour l’été. Et tout ça, fripé, douteux, pas soigné. Sortait pas de chez lui, très peu. Sortait pour ouvrir à ses chiens ou bien les rentrer. Ou des fois, rarement, accompagnait sa femme ou sortait avec un visiteur, en bagnole ; mais rarement, très rarement.
Qu’est-ce qui a pu se passer ? Surtout -tiens toi bien au fusil, j’enlève les cartouches- qu’en médecine, c’était le genre hygiéniste, tu vois le topo ? Le toubib qui te dit : Balaye, aspire, aère, nettoie et lave. Alors ? Geindre ; il aime bien geindre le madré ; c’est vrai qu’il se compose un personnage, un discours, un comportement. D’un autre côté, c'est un migraineux en diable, il a de l’arthrose à s’en mettre vendeur sur le marché, il est insomniaque, il a les oreilles qui sifflent comme un régiment de chefs de gare ; tout ça plus ou moins dû à ses blessures de quatorze –invalide à 75%–. Sa main et son avant bras blessé le font souffrir. Indéniable. La taule ; sa femme ses potes disent que ça l’avait cassé ; être haï également. Notes bien qu’il avait toute l’intelligence et la clairvoyance nécessaires pour comprendre le pourquoi et le comment de cette haine. Quant au froid, ça…Le Père Céline y bouffait rien ; se nourrissait de croissants, de pain et de thé et c’est marre ; alors le froid. Et puis, je ne suis pas médecin.
Comment Céline a-t-il pu prendre peu à peu l’allure d’un clodo ?

Je me souviens, lorsque je révisais mes examens, je me collais la tête dedans, 24 heures sur 24, pour compenser les semaines et les semaines de glande. Rapidement, ma tenue s’en ressentait. Le rasage ; je sortais dans la rue m’oxygéner dans l’air du mois de Juin, tel quel, habillé comme un plouc. Me foutais de mon allure ; ma vie se réduisait à des connaissances qu’il fallait mémoriser.

Un petit pavillon planté à un angle de rue, pas loin de chez moi, appartient à plus personne. Son propriétaire est canné, en 98 ou 99 ; sans héritiers, sans famille, sans rien. Ce petit pavillon est resté bouclé, comme ça, bouffé par les haies et les herbes folles. Un jour, la vie est revenue là dedans. Je ne voyais personne ni y entrer, ni en sortir mais on voyait qu’il y avait de la vie. J’ai pensé à un clodo car dans les mois qui précédaient, la porte d’entrée s’était mise à rester entr’ouverte : des racailles ou des mômes curieux. Puis ça s’est professionnalisé. L’occupant fermait. Et dans le minuscule jardinet qui entoure la baraque, des objets se sont accumulés ; des merdes récupérées à droite-à gauche ; des inutilités. Et ça s’accumulait mon pote ! Un bric à brac ; inexploitable. Tu penses, tout était gerbé l’un sur l’autre : tricycle d’enfant, ustensiles de cuisine, caisses en bois et plastique, tabourets, armoires de toilette, tout ! Tout ce que les gens foutent ordinairement dehors le gars récupérait et stockait. Je l’ai vu plusieurs fois le mec. Barbu. Soixante carats ; sortait de son gourbi. Années après années, ce fut une carapace d’objets qui entoura cette baraque. Les bons voisins ce sont évidemment inquiétés de la chose, tu penses. Le Maire a convoqué le mec. Qui est venu. C’était un tech de France Télécom à la retraite. La mairie lui avait proposé un logement social ; dont il n’avait pas voulu. Le gars avait plusieurs apparts à Paris ainsi que son domicile officiel dans une commune voisine. Il venait là de nuit. Pas tous les jours. Et puis un jour, on l’a plus vu. Je ne sais plus quand le voisinage a porté le pet à cause de l’odeur. Effectivement, ça fouettait, la vache ! Du trottoir tu sentais la puanteur. Les archers du roy avec des gars de je ne sais quel service sont venus pour vider le truc un matin. Ils sont entrés dans le gourbi. La baraque était murée de l’intérieur, dis ! Et par un accumoncellement du même genre qu’à l’extérieur. Le mystère. Sauf que les mecs sont tombés sur le cadavre du gars. Les rats avaient bouffé ses guitares, du pied jusqu’à l’aine…

Comment un mec évolue t-il de tech à France télécom, à retraité clochardisé, passant son temps a stocker et ramasser des merdes ? Comment un écrivain mondialement connu, passant pour une des deux plumes du XXème siècle a-t-il voulu se transformer en clodo ? Il avait été convaincu de collaboration ? Merde ! Et combien de condamnés à la libération n’en sont pas devenus clodos pour autant : Xavier Vallat, Charles Maurras, Jacques Chardonne, Lucien Rebatet, Paul Morand, Henry de Montherlant pour ne citer qu’eux.

Lorsque je verrai un jour un ami plutôt perdu de vue, psychothérapeute de son état, je ne manquerai pas de l’interpeler sur le phénomène « clochardisation ». A moins qu’une explication de charbonnier suffise : Ils ne veulent plus de la société ou bien la société ne veut plus d’eux, alors ils font ce qu’il faut pour que cela se voit.




















mardi 28 juin 2011

L-F Céline, de la célébration à la discipline médiatique

Hier je me suis rendu à la FNAC. Braves gens ! Par goût ? Oh, par nécessité monsieur ; rien que de la nécessité. Il y a fort longtemps de cela, je m’étais offert un bouquin de Céline dans la bibliothèque de la Pléiade. Tu sais, ces bouquins qu’on ne prête pas, de peur que l’emprunteur ne te souille les fines pages de papier bible : Confiture, chocolat, foutre, crottes de nez et j’en passe ! J’oubliais les pages cornées au déchirées ! Non, un bouquin de la Pléiade ça se lit comme un curé son bréviaire et ça tombe bien, comme je te le disais plus haut, belle lectrice, c’est imprimé sur papier bible. Pour ceux qui débarqueraient de Pontoise, la papier bible est un papier fin – de faible grammage et assez souvent en couché mat, je dis ça pour les initiés, les autres peuvent sauter les tirets faute d’autre chose – justement utilisé pour imprimer les bibles, bréviaires, livres de messe et autant d’ouvrages qui finiront par le feu ou au pilon, lors de la proclamation de la République Islamique Française, d’ici peu.
Mais je m’égare, ô lectrice, et nous allons quitter les champs pour nous tordre à nouveau les pieds dans les ornières de notre sentier. La Fnac, oui, la Fnac. Céline à la Pléiade, c’est pour moi une vieille histoire : Je m’étais offert le Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit ; il y a un bout de temps et comme un bout ça ne va jamais seul -au bout d’un bout, t’as fatalement un autre bout- je ne sais plus exactement quand ; mais on s’en fout de l’exactitude : ce qui compte c’est l’histoire et le style. J’ai même l’album Céline. Je l’avais eu, à la sympathie, dans la librairie en face de mon lycée ; en 77. Normalement, fallait acheter deux ou trois bouquins de la collection pour avoir l’album Céline en cadeau, mais je connaissais la fille des libraires et ça avait aidé. C’est que j’avais du charme en ce temps là. Beau gosse il était le Figaro ! Et, je ne fais que rapporter les dires de ses copines qui aujourd’hui toujours, sur Copains d’avant, parlent de lui avec l’effusion des groupies de Rudolf Valentino !!! C’est donc ainsi : De temps en temps, je m’offre un Pléiade des mecs que j’aime bien. C’est mon cadeau. Donc hier, je vais à la FNAC pour repiquer au truc. Céline bis. Et alors là mon pote ! Ou ma copine, c’est comme tu veux. Le désert ; rien ; que dalle ; nib. Je fouinasse, je farfouillasse. Rien. Queud. J’inventorie les têtes de gondole ; rien non plus.

Ah, les reptiles ! Les laquais ; la bandes d’isopodes. Ca rampe, ça génuflexionne ; ça te respire l’air du temps et ça te le recrache avec suffisance et sûreté de soi. La fatoua lancée par Mitterrand –un peu mon neveu– est suivie à la lettre. Au pied de la lettre ; à la botte même. De Céline, point de nouvelles : T’as cinq bouquins de poche qui se font chier sur un rayonnage et c’est marre. Et Céline à la Pléiade : mon cul. On en a eu, on en n’a plus ; ne fournissons plus. Je me suis tiré du magasin sans demander mon reste : je te fais grâce des ouvrââââââges qui étalaient leur sales gueules de marchands du temple. Du gribouillis, du scribouillage ; des histoires à la con, de mecs à la con : zozo aime zezette et totor trompe mimi. Du roman photo sans les photos et puis le style ! Tu dirais des documentations pour lecteur de DVD. Enfin, ça rapporte du pognon et ça permet aux éditeurs d’imprimer les autres : Merci, merci mille fois Marc Lévy, Dan Brown et autres O.S du livre.

Intrigué par cette absence des rayonnages et des têtes de gondole je pris la résolution d’inventorier ce que la télévision -l’étrange lucarne du Père François- allait nous proposer. Eh bien là aussi on est aux ordres. Rien, rien mon pote, sauf sur la Chaine Histoire, Jeudi 30 Juin en soirée. La Mitte bis a craché son ukase, le lobby à réussi son coup à la Blûcher. Et pourtant ! C’est simple : Au XX ème siècle, tu as deux écrivains : Proust et Céline. Le débat n’est pas compliqué et il est vite tranché : Eh bien Céline n’existe pas ; voilà ; passé à la moulinette de la novlangue ; histoire ré-écrite ; individu, vie et œuvre effacés.
Bref, c’est le cinquantième anniversaire de la mort d’une des deux plumes du siècle, tant pour l’une des premières entreprises de distribution du livre que pour les médias télévisés, c'est non avenu. C’est l’année du rien, 2011 !


On pourra peut-être se consoler avec une célébration de Cary Cooper ; ou d’Ernest Hemingway ; ou de Dashiell Hammett. Peut-être va-t-on célébrer les cinquante ans de la disparition de Patrice Lumumba ou de Mohammed V ?

Enfin, t’inquiètes pas ; ce qui est dans les cartons ce sont les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie : pas de la fin des évènements ; pas la fin de la guerre. Non ; de l’indépendance. Ca y est, c’est parti ! Docteur pied noir – Alexandre Arcady – s’est déjà collé sur le sujet : il présentera son film à Cannes. 2012 ; ça va être bien. Entre les présidentielles et les courbettes, que dis-je, les contorsions rampantes à destination de la Maghrebie, on aura de quoi se distraire.

Pas grave tout ça. La dernière fois où j’ai voulu m’offrir des bouquins – de poche en plus – de Bernanos, il a fallu que j’aille chez Virgin. Si ; Virgin. Virgin que je prenais pour une Succube de la consommation du livre et du disque. Le jour où je voudrais les Lettres de Céline à la Pleiade, je demanderai à la station Total de l’autoroute A 10. On sait jamais.

Ah ! Si les Klarsfeld n’existaient pas, où en serait on ?














mercredi 15 juin 2011

Louis-Ferdinand Céline, inspirateur du socialisme français ?

Les emmerdements, je le cherche ; je les débusque ; je les provoque. Tiens, pas plus tard que la semaine dernière, je traine dans une foire à la brocante, je feuillette des bouquins et...stupeur, je retourne un bouquin de Lucien Rebatet : Les Décombres ; paru en 1942. Tu imagines le topo lecteur subtil ? La mauvaise lecture ; l'auteur qui sent l'opprobre, la honte, la dégradation, le droit de vote enfermé pour l'éternité dans un bocal à cornichons.

Les Décombres ? je m'en souviens. Quand j'étais un écolier qui s'habillait d'un rien d'acné, ça s'étripait ferme chez Pivot, entre les tenants de la publication et les autres, les partisans d'une juste et éternelle mise à l'index. En 72 ou 73, je ne me souviens plus quel éditeur, amateur de sensations fortes et de bonnes ventes, avait relancé -après plus de 25 ans de silence- ce grand succès de librairie de l'occupation, Les décombres. Quand je dis "relancé", je pèse mes maux -et Dieu sait que j'en ai- car l'éditeur avait pratiqué avec l'accord de Rebatet, des coupes sévères, façon Kommando, dans le livre. Et avec prudence, afin que le lecteur ne s'enduise pas en erreur tout seul, pensant acheter un ouvrage sur les tremblements de terre, l'éditeur avait fait ajouter en sous-titre :"Mémoires d'un fasciste". Notes bien que c'était peut-être également pour protéger ses arrières car le premier éditeur du livre fut assassiné en 1945 par un groupe de justiciers anonymes ; c'était Robert Denoel.

Fasciste Rebatet ? A la vache ! Avec lui, c'est du lourd comme on dit dans ma banlieue (poil aux yeux). Ah le Rebatet ! On sent bien à la lecture de l'ouvrage que le mec n'est pas là pour cueillir des pommes ou humer le vent du large. Un style ? Oui, un style et c'est ça qui fait l'auteur le style ! Mais hélas un style régulièrement gâté par des égarements dans un antisémitisme pesant, une exécration de l'église, de la bourgeoisie, du peuple -il parle d'une façon désuete des femmes en cheveux, comme avant la guerre 14- de la société en général. Seul le fascisme orthodoxe d'Hitler trouve grâce à ses jugements. Maurras ? Un mou ! C'est dire ; seul Robert Brasillach (douze balles à la Libération ; un sacré diplôme !) à droit aux honneurs du livre. Mis à part ces réserves, le style est alerte, précis, vachard ; quant au fond, ce bouquin est un précieux témoignage car il s'agit d'une pertinente analyse à chaud de la défaite de la France : D'intérêssantes questions sont posées ; au lecteur, homme libre, d'écrire la suite dans sa tête et de contruire sa vérité.  Je vous prescrit avec ça une pommade pour les chagrins d'amour ainsi qu'une tisane pour le sommeil léger et un bouquin de Marc Bloch "Une étrange défaite" qui analyse le même sujet avec ses yeux d'universitaire et sa tête de radical-socialiste.

Alors une analyse les Décombres ? Oui et bien plus : Une grande fresque passionnée jusqu'à la folie ; comme un gâteau trop sucré qui finit par te porter au cœur tant la philippique que l’on croirait éteinte à tel chapitre ne cesse de renaitre comme le feu sous la cendre jusqu’à la fin du livre. En revanche, c’est aujourd’hui un précieux outil pour comprendre une partie de la société française d’alors.

Fier de mon achat (deux euros -je sais c’est pas juste-) je parcours le bouquin depuis quelques jours. Vas savoir pourquoi, l’idée d’aller à la pêche sur internet me vient : Je voulais lire comment on juge aujourd’hui le personnage et le bouquin. Eh bien Les Décombres sont en téléchargement ; si. Remarques si tu veux le commander à la FNAC, je te souhaite du plaisir. Piqué par la curiosité, je lance une recherche sur « Les beaux draps » de Céline. Pour ton instruction, au cas où tu aurais loupé la classe les jours de grand soleil, Les beaux draps est un ouvrage polémique mêlant fascisme, anarchisme et antisémitisme. Paru pendant l’Occupe, ce bouquin a la forte odeur des fagots et n’a jamais été édité depuis et ce, à la demande de Céline lui-même.
Eh bien crois-moi ou non, Les beaux draps peuvent se télécharger sur internet ; je me suis donc empressé de le faire car je n’ai jamais pu en lire une traitre ligne. Je me précipite comme un affamé sur le livre et tu sais sur quoi je tombe ? Sur ceci : « S’il m’est permis de risquer un mot d’expérience, sur le tas, et puis comme médecin, des années, un peu partout sous les latitudes, il me semble à tout bien peser que 35 heures c’est un maximum par bonhomme et par semaine au tarabustage des usines, sans tourner complètement bourrique ».

Je te laisse à tes réflexions ; je m’en vais y penser aussi. Bonne nuit les petits et n’oubliez pas : Trente cinq heures, c'est le docteur Destouches qui le dit.

mardi 24 mai 2011

Strauss-Kahn, révélateur et catalyseur

Cette calamiteuse et troublante affaire est fatalement un révélateur de faits de société autant que le miroir d’une époque.

Le choc engendré par cette terrible affaire n’a pas manqué de susciter une incrédulité tenace qui, à d’aucuns, a pu paraitre révoltante. Candidat favori d’élections présidentielles à venir dont le candidat sortant est sensé perdre haut la main (quarante pour cent de suffrages au second tour, un triste record) Strauss-Kahn semblait promis à une victoire certaine. Sa chute ne pouvait pas manquer d’intéresser beaucoup plus le lecteur et l’auditeur que le sort de la supposée victime ; des associations féministes se sont cru obligées d’affirmer leur sympathie à Mme Nafissatou Diallo et se sont empressé de fustiger l’inégalité de traitement par les médias de cette femme pauvre et anonyme et de son prétendu bourreau, riche et influent…

Mais le meilleur restait à venir ! Nous l’écrivions hier : Avec des amis comme ça, on n’a même plus besoin d’ennemis ! Ecoutons les amis de Mme Diallo. Selon les sources de l’AFP, le frère aîné de Nafissatou Diallo, qui vit dans le Midwest, est arrivé à New York ces derniers jours afin d'aider sa soeur. «Dans notre culture, les hommes travaillent avec les hommes, les femmes avec les femmes. Si nous devons nous adresser à quelqu'un, nous nous adressons directement aux hommes», dit Souleymane Diallo, président de l'association Pottal Fii Banthal, centre nerveux de la communauté peule de New York. «Je suis certain que si la dame avait eu le choix, l'affaire n'aurait pas été rendue publique. Dans notre communauté, c'est comme si elle est souillée. Si elle n'a pas de mari, ce sera difficile, voire impossible d'en trouver un». Effectivement, les féministes sont bien inspirées de s‘attacher à cette affaire ! Après la bonne musulmane qui porte bien son foulard (cf notre billet d’hier) voici une société dans laquelle on ne s’adresse qu’aux hommes ! La mère de Me Diallo, interrogée par le quotidien sénégalais Wal Fadiri a déclaré qu‘elle « a été donnée très jeune en mariage à un de ses cousins», et de cette union est née la fille qui vit avec elle aux Etats-Unis. Son mari est décédé. Après une période de veuvage, elle a rejoint sa grande soeur installée aux Etats-Unis. Elle se serait remariée l'an passé avec un Gambien. On s’aperçoit que nos associations féministes occidentales sont sur le bon cap : Le cas de Mme Nafissatou Diallo mérite vraiment leur intérêt. Toutefois, on ne saura que louer la police de New York qui a pris la sage précaution de voiler totalement la malheureuse. Ceci aura sûrement le mérite de susciter des interrogations quant au le génocide culturel qui se perpétue en France grâce au siphonage massif de populations mahométanes et à leur installation en France.



En marge de cela, les enquêteurs auraient retrouvé du foutriquet au Père la biroute sur les fringues de la malheureuse : Soit la machination est construite de main de maître, soit DSK…






lundi 23 mai 2011

Strauss kahn : La tentation du déni

On nous le dit, on nous le serine, on nous l’assène ; entrez vous ceci dans vos crânes de citoyens démocrates avancés : DSK est présumé innocent mais, c’est un coureur invétéré, il a même essayé de violer une « journaliste » (on se reportera à mon précédant billet). Mais livrons-nous à un autre exercice…

Saddam Hussein fut un dictateur ; il a donné des ordres qui ont entraîné des crimes de guerre ; il a délibérément méconnu le droit international en envahissant le Koweït en 1990 : Vous ne serez pas étonnés, chers citoyens du monde, d’apprendre que Saddam Hussein fait préparer des armes chimiques et nucléaires dans des laboratoires mobiles aux fins d’envahir ses voisins ; d’ailleurs la preuve formelle est dans cette bouteille. D’ailleurs, on voit ci-dessous le ci-devant Colin Powell administrant ses preuves au monde.


Bien entendu, si mon chien m’a déjà volé de la viande, j’aurai tendance à croire mon voisin s’il me dit qu’il a surpris Médor se régalant avec les saucisses pour son barbecue. Cette simple démonstration répond aux sociologues distingués qui fustigent les tenants de complots divers : Tours de Manhattan...Ben Laden et aujourd’hui, Dickgate (scandale de la bitte, in English in the sext). Ne parlons pas les fantasmes, telle la légende de Landru vivant à Sao-Paolo 10 ans après avoir été guillotiné ou bien celle de Hitler, gaucho vivant de ses rentes en Argentine ! Car il est facile de mettre en parallèle les Tours de Manhattan, Ben Laden, l’immortalité de Mickael Jackson et l’affaire Strauss-Kahn ! Il est trop simple de porter le discrédit sur une thèse tout autant admissible qu’une autre, tant que des preuves indiscutables ne relègueront pas les thèses au rang des hypothèses oubliées. Ce d’autant que le mensonge d’état a déjà été suffisamment utilisé, a fortiori aux Etats-Unis, pour que l’on s’interroge sur cet évènement sidérant : Strauss-Kahn viole une femme de ménage. La culpabilité de Saddam Hussein est un mensonge d’état ; l’assassinat du Président Kennedy est un mensonge d’état ; la négation du massacre de Katyn est un mensonge d’état ; la négation de la culpabilité des Epoux Rosenberg est un mensonge plus subtil ; la négation du survol de la France par le nuage radioactif de Tchernobyl est un mensonge d’état ; La guerre du Kosovo est un mensonge d’état. Comment ces faits avérés ne peuvent-ils pas affecter nos mémoires ? Si la rumeur d’Orléans est un phantasme, la présence du nuage de Tchernobyl au dessus de la France est un fait : l’appareil d’état dans son entier, efficacement relayé pas tous les mass-médias, avait menti.

Dès lors, il n’est point besoin de monter en chaire, de professer, docte et pontifiant, que les peuples s’inventent des complots ; il n’est point besoin d’en expliquer les causes avec ce rien de dédain qui sied si bien à toutes ces professions qui tètent la savoureuse mamelle des sciences sociales. A force de mensonges, l’establishment et les médias qui en procèdent, les gouvernants et toutes les autres représentations signifiantes du pouvoir ont perdu toute crédibilité : Les seules informations qui sont crues sont celles qui sont vérifiables ou bien celles qui ne sont pas sidérantes ou enfin celles qui sont habilement construites. Par malheur, l’Amérique, faute d’inonder le monde de films et de séries B a réussi à transformer la réalité d’une arrestation et d’une inculpation en spectacle télévisée dont la vedette principale n‘est pas celle qu‘on attendait. De plus, la préparation de l’exhibition de DSK afin de que les télévisions et les photographes de presse puissent inscrire l’évènement sur les écrans et les journaux n’est pas non plus pour crédibiliser l’évènement. On s’attend à voir le Lieutenant Colombo, ou Will Smith ou Bruce Willis !

Enfin, ce scénario est simplement presque trop parfait : Un politicien de rang international porté sur la bitte et une femme de ménage (dernier sous-sol du prolétariat), noire de surcroit, Guinéenne pour ne rien arranger ! L’odieux riche et l’honorable pauvre ! La vilain blanc et la vertueuse noire ! Nous avons même eu droit à la déclaration de celui qui se présenta comme le frère puis comme l’ami et enfin qui serait le compagnon de la victime présumée : "C'est une bonne musulmane. Elle ne porte pas le voile mais elle se couvre les cheveux". On est contents ; c’est déjà ça. J’imagine d’ici la bien-pensance si l’entourage de Laure Manaudou avait déclaré « c’est une bonne chrétienne » lors du scandale qui suivit la diffusion du film de pipe sur internet ! De Nafissatou Diallo (allo) nul ne sait quoi que ce soit ; on formera des vœux pour que la NYPD en sache plus que nous et ait au moins vu son visage. Toutefois, on admettra qu’une personne subissant une atteinte grave à son intégrité physique et morale ait besoin d’isolement ce qui justifie son absence publique. La Guinée enfin ! Cela tombe décidément mal, car, ancien pays de l’AOF, ce fut le seul pays d’Afrique à manifester une franche hostilité à l’égard de la France lors du processus d’indépendance. Tout tombe mal et trop bien à la fois ! Et en plus cette personne est d’expression française !

Les forums d’expression française qui prônent un racisme militant soit à l’égard des blancs ou bien à celui de l’occident, des USA ou de la France regorgent d’assertions telles que « pour une fois que le criminel n’est pas noir » ou bien « les Juifs se protègent entre eux » et encore, je sélectionne ici les plus littéraires et les moins racistes des commentaires. Pour autant les amis de DSK ne sont pas en reste, entre « y’a pas mort d’homme » et « troussage de bonne » : Avec des amis comme ça, on n’a même plus besoin d’ennemis !

Souvenons-nous que lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt ; Qu’on se concentre sur des histoires de bitte -on apprend que du foutriquet de DSK a été identifié sur le col de la femme de ménage- et non sur les conséquences de l’éviction de DSK, ce qui enlève un allié à l’Eurogroup tandis que la Grèce n’attend qu’un coup de grâce pour d’effondrer, que d’autres pays latins sont à la peine et qu’USA et Chine viennent de s’entendre sur le dos de l’Europe pour organiser le business planétaire.

« Attention Messieurs, si je ne suis pas coupable, les salauds changent de camp ». (Maître Martineau, Garde à vue).

dimanche 15 mai 2011

Strauss-Kahn : Après le Père la Victoire, le Père la biroute

Merci, merci cent, merci mille fois  ; ça c’est de l’info, de la vraie, de la pure, de la bonne, de la pas coupée ; c’est de la brute de décoffrage, du premier jus d’alambic. Jamais aucun échotier, aucun journaliste, aucun chroniqueur voire aucun annaliste -fut-il (et non pas futile) annaliste du net- n’aurait pu rêver pareille nouvelle. Strauss-Kahn, Monsieur Strauss-Kahn se retrouve chez les argousins amerloques avec un procès au cul et la taule lui pendant au pif pour avoir tenté d’abuser d’une soubrette. Ah les badineries ancillaires ne sont certainement plus ce qu’elles étaient ! Plus question de lutiner la bonniche !
L’amerloque est puritain. Il nous en a déjà chié une pendule, avec balancier et aiguilles comprises, pour les badineries entre le président Clinton et sa Monica ; les pauvres ! Dire qu’il leur fallut avouer que la mimine présidentielle se munissait de cigares (et si ça se trouve de La Havane pour ne rien arranger) pour asticoter la chagatte de la pauvrette ! A ce train -de derrière- là, jamais Clémenceau n’aurait pu nous faire gagner la guerre quatorze, lui qui était également -ainsi le rapporte la chronique- un sacré gaillard. Il est vrai que l’ami Strauss aurait un peu, voire beaucoup, forcé la dose : Quand elles disent non, c’est pas oui et si on insiste et qu’on reçoit des beignes, ça s’appelle quand même une tentative de viol. L’amerloque est, en dépit de tout cela, très puritain ; c’est le côté Calviniste et Luthérien. Le côté pète-burne du Protestant qui fait que le Hollandais ne met pas de rideaux à ses fenêtres parce qu’il n’a rien à cacher aux autres. Pour le sexe, c’est encore mieux : Une jeune ricaine a longtemps préfèré te sucer que coucher, histoire d’arriver à peu près entière pour les alentours du mariage ou du moins pour l’homme supposé de sa vie. Et encore ; sucer ! Ces gens là appellent une pipe un « blowjob ». Blow job ! Quand tu sais que « to blow » veut dire souffler et « job » veut dire boulot ou occupation, tu te rends compte qu’en plus ces gens là n’ont rien compris.


Pour autant, c’est un sacré loustic le Dom’ ! Queutard invétéré. Un de mes amis parmi les plus proches est également un tourmenté du bigoudi. Une chèvre avec des baskets...mais il te baiserait la chèvre ! Je l’ai observé l’animal. Tu dirais la station radar de la base aérienne 133 ! L’Œil en perpétuel affut, il te renifle la minette tel le pointer ; et pas n’importe laquelle ! l’aventureuse, la libertine, la midinette, bref, l’authentique chair à biroute. Imaginons qu’il n’y ait pas de cœur ou de cul incandescent dans le secteur : Eh bien il te baiserait une serrure. Et alors là, vas donc expliquer ça à Bricard ou à Vachette ! Tu leur rapporte le truc, les mecs n’ont jamais vu ça, même au cours de tests anti-terroristes ; la serrure ? A la rigueur tu la monte sur la porte de ton poulailler pour qu’elle finisse sa vie ou bien tu la refile à un ferrailleur pour la récupération des métaux, mais n’espères pas t’en servir à nouveau normalement ; c’est fini, détruit, dézingué, démantibulé. Bref, il faut qu’il cavale à tout prix, le bougre. Comme Dom’. La seule différence c'est que mon ami sait s'arrêter à temps : il n'est quà demi tourmenté du bigoudi. Dom' lui, c'est du 100% ; du reptilien pur et dur (c'est le cas de le dire). Sacré Dom ! Un jouisseur en somme. Fric et gonzesses. Amour et gloire. Tu dirais un feuilleton de M6 ou une saga d’été. Comme quoi les queutards ont tous un profil différent, car autant Dom’ balance sa fraiche en veux-tu en voilà, autant mon ami souffrirait d’une paralysie intermittente du morlingue et est beaucoup plus dépensier avec sa bite qu‘avec son chéquier ; remarque, Clémenceau également ne donnait pas, lui non plus, ni dans le fastueux ni dans la dépense compulsive. A chaque queutard son profil en somme ! Le queutard… c’est avec le cocu le personnage préféré de la Grande Comédie de la Vie dans des pays latins comme le nôtre ; l’héritage lointain de Rome sans doute. Tu imagines bien que Calvin à Genève ou Luther à Eisleben, ça rigole un peu moins qu’entre les sept collines !


Toujours est-il que nous voici avec une future campagne présidentielle sans dessus dessous, avec une gauche amidonnée comme une coiffe bigoudène et qui se drape dans une dignité grave, se frappant le cœur avec la présomption d’innocence. On eut vraiment aimé entendre et voir cette retenue à gauche lorsque l’honneur d’Eric Woerth fut jeté aux chiens comme l’a si bien déclamé Mitterrand. Cette comparaison étant faite, j’ai utilisé le moteur de recherche Google aux fins de glaner toute information nouvelle au sujet du Dickgate (scandale de la bitte). J’espérais ne pas trouver la suggestion « Strauss-kahn juif » dans la fenêtre de saisie, eh bien si figure toi, lecteur candide. Si, il y a une pelletée de farceurs qui ont besoin de s’assurer que Dom’ est Juif. Un peu comme Victor Pivert dans Rabbi Jacob : « Dites-moi ma biche, alors Salomon est Juif ? ». Non-non aurais-je envie de répondre aux cyber-corniauds qui ont tapé cette recherche au point que Google l’ait mémorisée. Non, Cahn c’est pas Juif, Le Guen c’est pas breton, Carliez c’est pas chti’mi, Muller c’est pas alsacien, Chappaz c’est pas savoyard, Rossi c’est pas marseillais. Au cas où un de ces mahométans ou trotskystes aurait encore une incertitude, levons une dernière fois le doute : Eric Woerth n’est pas Juif.

Quant à Dom’, il n’est à ce jour pas coupable. Peu suspect de soutenir la gauche, je dois probablement me situer dans une nébuleuse comprise entre Lafayette et Tocqueville ce qui ne me rend pas suspect de complaisances à l’égard de DSK (Dick Super King). Pour autant, il ne s’agit pas de traiter Dom’ en coupable, en dépit de la batterie de casseroles qui bringuebale derrière lui. L’homme de droite est droit ; il respecte le droit et les droits car l’individu est au centre de la société. Il jouit de droit fondamentaux inviolables. C’est pourquoi, on ne se repaitra pas ici des chairs meurtries de la bête blessée. Tout au plus se détachera-t-on la plume du cul pour se faire le plaisir de bons mots et de belles formules, fussent-elles grasses à souhait : Sachons honorer Rabelais. On laissera également notre esprit vagabonder dans la douceur des pays de Loire pour se rappeler au bon souvenir de Descartes.

Ainsi, mon esprit formé à cette logique est-il chiffonné comme un flyer au vu des éléments de cette affaire : 

- Une femme de chambre entre dans la piaule pendant que DSK y est et prend sa douche. J’ai fréquenté des motels de merde, des Ibis, des Mercure et toute la batterie des lieux de haute tristesse pour déplacements professionnels. Du temps de ma splendeur (my shining hours) j’ai aussi -mais plus rarement- fréquenté des hôtels de classe internationale. Déjà, le personnel est monté sur roulements à billes : Tout est huilé, poli, organisé afin que tout baigne pour toi. Et jamais, jamais au grand jamais, du personnel n’a fait irruption dans ma carrée tandis que j’y étais. On toque à la porte et si ça ouvre on tente un oeil et une oreille discrète afin de voir si on ne dérange pas : "Room service Sir ; oh, sorry" et le mec ou la soubrette calte à toute vibure afin de ne pas emmerder le client ; rappelle-moi le nom de l'hôtel déjà ? Alors, tu imagines...la soubrette dans la thurne, Dom’ qui sort de sa douche à poil, chibremol au vent ? La soubrette ne fait ni une ni deux : Elle se tire sur les chapeaux de roue en égrenant des « sorry » comme des italiennes leur chapelet.

- La douche ! Tu t’imagines sortir de ta douche, voir une sauterelle du personnel que tu n’as jamais vue auparavant -chinois- et hop, paf, le stimuli-signal, tu fonces vers elle en grognant « fifille, fifille ». Ou pire ; tu te sèches les poils de bras et du cul avec ta serviette, t’entends un bruit de serrure, tu ne sais pas si c’est Georges, Albert ou Ginette qui entre mais tu t’en fous, tu te précipites à poil dans ta cambuse des fois qu'il y aurait moyen de conclure.

- Enfin, parlons du départ. Tu te douches ; tu entends du bruit ; ça te colle un stimuli signal ; tu te retrouve avec un goumi au garde à vous façon forêt au tungstène ; tu te précipite dans ta piaule ; tu découvres une inconnue ; effet magique d’Impulse elle te fout encore plus la trique et tu lui fonce dessus ; bizarrement ça ne lui plait pas, elle te griffe, te satonne les rouleaux avec ses talons aiguille (mm…) et se tire. Toi, t’as l’air d’un con. Tu débande. Tu réalise ta connerie. Tu récupère ton slip et ta brosse à dents et tu caltes vitesse grand V tandis que ta victime brame comme un Sarrazin dans le couloir pour appeler les flics…

Cette histoire ? On dirait un San-Antonio. Ou un Tony Rome. Ou encore un Philippe Marlowe ou un Joseph Rouletabille. Bref, un bon scénario bien solide avec une intrigue aussi tortueuse qu’alambiquée, avec des manipulations et des duperies qui s’emboitent comme des poupées russes. Convenons que cela tombe bizarrement bien cette histoire ! Qui Strauss-Cahn emmerde-t-il à ce point ? L’Elysée ? Penses-tu ! Il en sont à faire troisième avec super-Marine qui siphonne les voix de droite… Ma théorie ? Le complot ; mais lequel ? Ou alors Dom’ à une bitte à la place du cerveau et c’est une éventualité à ne pas écarter.












samedi 14 mai 2011

Quotas, coteries et tempête dans un sac de sport

Tu auras pris note, ô lecteur auquel rien n’échappe, que je n’ai pas cru bon tremper ma plume et pisser des lignes au sujet du scandale des quotas. Ma plume était dans mon cul et à bien y réfléchir il n’y avait vraiment aucun motif sérieux pour l’en ôter toute affaire cessante. Rafraîchissons ta mémoire car une cabale chasse l’autre : A l’insu des participants, une réunion de travail à la Fédération Française de Football fut enregistrée puis communiquée au site de propagande socialo-trotskyste Médiapart. Au cours de cette réunion, les participants, dont Laurent Blanc (déjà il partait mal) évoquaient entre autre sujets, le sort des sportifs de haut niveau binationaux et la possibilité de déterminer des quotas de ces joueurs.

Chacun se souvient des commentaires enflammés de la bien-pensance et du procès en sorcellerie instruit par ce que la France compte de bigots de la modernité altermondialiste dans l’establishment. Je conviens que je suis autant passionné par le foot que par le monde de la collection de boites de Munster ; autant dire que je m’en tape joyeusement le coquillard sans pour autant porter un jugement négatif ni à l’univers du fromton ni à celui de la pompe à crampon : J’y préfère le Calendos, accompagné bien sûr d’un pinard bien burné.

Bref, pas de quoi fouetter la chatte de ta copine pour cette histoire de réunion. Eh bien un ministre (des sports ! Tu vois le genre !) a tout de même trouvé le moyen de monter au chêne (cocotier ça fait colonialiste, Médiapart l’a dit et j’en tremble) pour brandir le martinet des sanctions et sommer le pauvre Blanc de s’expliquer. Comme de juste, l’information diffusée par Médiapart était tronquée et il s’avère que les participants à cette réunion évoquèrent ce sujet sans passion ni racisme et le clôturèrent en excluant toute idée de quotas. Tout ça pour ça ? La police de la pensée n’a vraiment, mais vraiment rien à foutre. A croire que toutes les polices sont désœuvrées au point de tuer le temps avec des missions sucre d’orge. Les uns espionnent les réunions les autres remplissent le tiroir-caisse avec l’automobile.

On aurait apprécié que ce brave palefrenier de la cavalerie socialo-trotskyste, ce cher Edwy Plenel, lance aussi la cabale lorsque l’inégalable Anne Lauvergeon déclara qu’à «à compétences égales, et bien, désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc, pour être clair». Bravo Lauverge ! Tu vas encore plus loin, on sens que tu as fait Normale-sup’ ! On pulvérisa ici tous les records puisque cet âne d’Anne nous servit en une phrase une discrimination fondée sur le sexe et une autre sur l’origine de l’individu. Et encore faut -il rappeler que Lauverge parlait de la stratégie d’embauche de son entreprise et n’en n’était pas au stade du débat et de la réflexion comme la Fédération de football. Bien entendu, le silence autour de cette déclaration qui relève du pénal et par conséquent interdit à un dirigeant d’exercer ses fonctions, passa comme lettre à la poste dans un silence assourdissant de complicité ; sales collabos !


Notes bien que "virer le blanc" cela existe déjà à Science Pot, les étudiants d'origine française  ne le savent que trop bien ; ils  serrent les fesses et croisent les doigts (difficile ça) pour qu'un étudiant d'origine étrangère n'ait pas une note égale à la leur : en effet, si c'est le cas, les étudiants d'origine française peuvent toujours  se présenter à l'ENA ou retourner en fac !! Mais répondons à cette question qui te brûle les lèvres : Mais d’où vient Lauverge ? Un vrai brevet de Conformité ambiante : Elle fut adjointe au secrétariat général de l’Elysée du temps de La Mitte puis elle fut sa représentante personnelle chargée de la préparation des sommets internationaux. Souhaitons ne pas devoir un jour découvrir qu’elle entretint un fils caché avec les fonds d’AREVA ! Quoique, découvrir ou ne pas découvrir…quelle différence ? Et à tout prendre ne vaudrait il pas mieux, à l’instar des cocus, ne jamais savoir, eux qui comme nous, savent en dernier ?

Oui, on ne sait pas grand-chose -en dehors des friandises de Médiapart et autres prêts à penser- et comme il en des cocus, ce n’est peut-être pas plus mal.


jeudi 5 mai 2011

L’establishment et l’hormone de croissance

Je me sens contaminé par une sorte de stupeur mêlée de révolte en prenant connaissance du dernier jugement relatif à cette triste affaire ou plutôt à ces tristes morts. On rappellera utilement qu’il s’agissait d’établir au pénal les responsabilités de ces morts à répétition déclenchées par les graves négligences de différentes autorités médicales.

Jean Renoir en fit une démonstration bien plus éloquente que je pourrai le faire ici : Les castes ne connaissent pas de frontières et c’est un des thèmes majeurs de la Grande illusion. Les castes ne sont responsables que devant leurs pairs et il est rarissime que des membres de l’establishment tâtent de la pierre suintante du cachot. Lorsqu’il ne peut l’éviter, l’establishment concède la mise en examen de l’un de ses membres : il faut bien donner des gages à la multitude et pérenniser le mirage démocratique ! En revanche, de là à se condamner entre soi…

La médecine est au dessus des lois et c’est bien le sens de ces procès creux à l’issue desquels les victimes repartent les mains à leur cul.

C’est Vichy qui mit en place les institutions tutélaires de certains métiers : Les ordres professionnels. Il en est ainsi des médecins, pharmaciens, avocats… Non contentes de jouir d’une impunité quasiment complète, certaines professions s’appuient sur leur ordre professionnel pour fonder les règles et l’éthique du métier, les conditions d’accès... Mieux : Des ordres déterminent le nombre de praticiens par département, par filière...concède le droit de s’installer ou bien le refuse...


C’est pourquoi vous ne serez désormais plus étonnés de patienter - serait-ce le vrai sens du mot patient ? - des semaines ou des mois pour rencontrer un médecin spécialiste. Et pourquoi ? Suivons-nous bien ma chérie. Pour réduire le temps d’attente il faudrait augmenter le nombre d’étudiants admis dans les différentes classes des facs de médecine afin que le nombre d'étudiants diplômés augmente. Pour augmenter ce nombre il faut et il suffit de modifier les règles d’obtention du concours : Par exemple, au lieu d’admettre les 50 premiers étudiants dont la moyenne est au dessus de 16, on intégrerait les 60 premiers ; sauf qu’avec un plus grand nombre de praticiens sur le terrain, la clientèle se répartirait entre un nombre beaucoup plus important d'entre eux ce qui aurait pour conséquence de déduire le nombre des consultations par médecin : Moins de consultations signifie moins de business. Ainsi on se juge entre soi, on se répartit la meule du bon fromage et si les clients attendent pendant des lustres le rendez-vous avec l’ophtalmo ou autre, ce n’est pas bien grave : le nombre de consultations reste bloqué vers le haut donc les revenus des médecins, pharmaciens notaires ou autres sont assurés. Ecco.


Que les victimes des hormones jouissent du repos éternel, que les parents alliés et amis sèchent leurs larmes : L’ordre des médecins veille… au bon ordre.


Vive le maréchal.